Majorque Baléares

Le Sud Est de Majorque,

une nature préservée entre falaises, 

plages turquoises et petits ports photogéniques.

Il n’y a que quelques jours que nous sommes rentrés de Majorque, une  jolie parenthèse pas du tout prévue! Nous avons vraiment adoré notre semaine sur cette île chaleureuse où nous avons découvert la région Sud-Est.
Si vous nous suivez régulièrement, vous savez que nous sommes plutôt adeptes du slow tourisme. Découvrir les recoins, côtoyer les locaux, écouter leurs conseils, prendre le temps, mais aussi laisser notre hyperactif Mini-M se dépenser…. Nous n’avons donc vraiment pas fait le tour de l’île ! Mais rien que sur cette partie Sud Est de l’île, nous en avons pris plein les yeux! 

Le Sud Est de Majorque

Une nature préservée entre falaises, plages turquoises et petits ports photogéniques.

Il n’y a que quelques jours que nous sommes rentrés de Majorque, une  jolie parenthèse pas du tout prévue! Nous avons vraiment adoré notre semaine sur cette île chaleureuse où nous avons découvert la région Sud-Est.
Si vous nous suivez régulièrement, vous savez que nous sommes plutôt adeptes du slow tourisme. Découvrir les recoins, côtoyer les locaux, écouter leurs conseils, prendre le temps, mais aussi laisser notre hyperactif Mini-M se dépenser…. Nous n’avons donc vraiment pas fait le tour de l’île ! Mais rien que sur cette partie Sud Est de l’île, nous en avons pris plein les yeux! 

Au menu aujourd'hui

1. Pourquoi Majorque et le Sud-Est ?

1. Pourquoi Majorque et le Sud-Est ?

Il faut bien l’avouer, Majorque, ce n’était pas dans notre top destination! Le cliché de la station balnéaire festive bondée de touristes!
Mais ces quelques préjugés étaient finalement trop légers pour nous empêcher d’avoir envie de partir, surtout en pleine pandémie, on ne pouvait pas être hyper exigeant! D’autant qu’en cherchant, on a finalement découvert de belles photos et des récits enthousiastes qui nous donnaient bien envie de découvrir cette petite île des Baléares en Espagne!  Il ne nous restait donc plus que 3 jours pour tout préparer, en particulier les obligations liées au Covid-19 (voir section voyage en temps de Covid)

Et pourquoi le Sud Est, alors ? (et non, ça n’est pas parce qu’on vit dans le Sud-Est de la France et qu’on est allergique aux autres directions, non non !! )
Au premier abord, quand on lit certains blogs, cette partie de Majorque est parfois mentionnée comme urbanisée. Donc a-priori tout ce qu’on aime pas! Mais j’aimerais franchement rectifier ici : cette partie de l’île est dédiée à l’agriculture et donc vraiment préservée des excès du bétonnage. Il suffit de regarder sur Google Map !!

Pour ma part, ayant vu les photos du village de pêcheurs de Cala Figuera, c’était là où je voulais loger, et nulle part ailleurs. C’était dans le Sud-Est, donc nous voilà dans ce coin de Majorque! 

Une semaine plus tard, on peut dire qu’on revient charmés par Majorque, ses paysages, la gentillesse des habitants et la couleur de l’eau, car cette île réserve plein de jolies surprises. Aucun regret !
On vous le recommande même!

2. Cala Figuera, notre port d’attache 

2. Cala Figuera, notre port d’attache 

Comment ne pas tomber sous le charme de Cala Figuera ?
Imaginez : un port de pêche toujours actif, des maisons historiques entretenues, un sentier littoral, un phare, les petits pontons, et les rayons du soleil qui viennent chauffer les façades blanches et dorées !
On a vraiment bien fait de choisir ce village comme lieu de séjour. Nous y avons loué un appartement dans une maison, avec jardin et barbecue à 150m du port. Tous les jours, on a trouvé un moment pour se promener sur les quais, aller au marché aux pêcheurs, trouver du poisson pour le barbecue, ou tout simplement boire un verre.

Cala Figuera est en fait composée de deux bras, la Calo d’en Busques et la Calo d’en Boira, reliés par un superbe sentier qui permet vraiment d’apprécier toute la beauté du village. Soyez en sûr, vous serez éblouis par Cala Figuera !

Calo d’en Busques, c’est la partie la plus vivante, les pontons des pêcheurs animés par le retour de bateaux, les marins qui réparent les filets, nettoient les poissons, et vous y trouverez aussi les bars et restaurants avec vue. On peut y retourner chaque jour et y découvrir un détail, une ambiance, une odeur différente à chaque fois !

Notre petit recoin préféré la Calo d’en Boira, au calme absolu, car c’est un “cul de sac”. On s’est baigné plusieurs fois ici, dans une eau si transparente qu’on avait l’impression que les bateaux étaient comme en suspension !

 

  • La petit Iglesia : restaurant tenu par des français, tout est fait maison, l’accueil est chaleureux et le rapport qualité prix est parfait !
  • Le Bon Bar : 
    Restaurant chic et accueillant avec une magnifique vue sur le port ! Un peu plus cher, on sent qu’on paye la vue !

3.  Les calanques sauvages du Sud-Est de Majorque

3.  Les calanques sauvages du Sud-Est de Majorque

On a chaque jour sillonné notre zone littorale pour découvrir les plages et criques. À Majorque, il y en a pour tous les goûts. Dans le Sud-Est, on s’est donné un rayon de maximum 30 minutes de route autour de Cala Figuera, et rien que là, on a trouvé des petites plages familiales merveilleuses, mais aussi des calas plus difficiles d’accès.

Le programme de nos journées était simple et réjouissant : Se garer aux abords des petites plages, rejoindre par le littoral ou à travers la végétation les criques reculées, se baigner, escalader les roches, prendre un tas de photos, pique-niquer, puis revenir tranquillement sur la plage, laisser Maxou s’amuser dans le sable à tracer des circuits voiture ou faire des pâtés, le laisser jouer avec d’autres enfants, et acheter une glace au petit bar de plage. La Dolce Vita en Espagne, quoi!

Pourquoi on a aimé les calas de Majorque

  1. La couleur de l’eau à couper le souffle
  2. Les petites routes d’accès
  3. Les escaliers d’accès, si photogéniques
  4. Le sable fin au fond de certaines des calas (Llombards, San Nau, Santanyi…)
  5. La végétation, qui s’accroche tout autour, en particulier les pins maritimes que j’aime tant peindre! 

Parmi nos préférées, on met en tête les Cala S’Almonia et Caló des Moro. Il faut se garer sur un parking à l’entrée de Cala Llombards et marcher environ 15 minutes (facile) pour atteindre l’une ou l’autre des calas, qui sont également joignables entre elles. Entre l’escalier panoramique, les petits hangars à bateaux de S’Almunia, la presqu’île  et l’eau incroyablement turquoise de Caló des Moro, ce site réunit toute la beauté de cette côte. Il ne faut pas manquer de marcher sur le littoral, au-dessus de Caló des Moro et apprécier toutes les vues sur la calanque !
Bon, par contre, il n’y a pas de plage et les calas sont étroites, donc les places sont chères ! Venez de très bonne heure pour espérer trouver une place dans les rochers et profiter d’un coin de baignade en toute tranquillité!

La Cala Llombards est un peu plus aménagée, mais elle offre un véritable décor enchanteur, particulièrement sur sa gauche avec toujours ces “escars”, petites habitations de pêche où vous pouvez vous caler dans les rochers. De là, il faut à tout prix monter la centaine de marches, rien que pour la vue sur les jardins et la redescente verticale vers le bleu !
Cette cala est aussi parfaite avec des enfants, car elle est l’une des plus sableuses de la côte Est de Majorque.

On a également vraiment aimé la Cala Sa Nau, peut-être la plus cool au niveau ambiance : plein de familles, un bar avec des tables colorées en bois directement dans le sable. Comme un petit air des Antilles.
Depuis cette plage, on peut suivre à pied la côte vers le sud, et rejoindre la fameuse Cala Mitjana, avec des bonnes chaussures, pour pouvoir passer sur les rochers acérés. C’est court mais un peu compliqué avec un enfant. Mais le fait que ce soit compliqué la rend forcément moins fréquentée. En arrivant là, c’est un peu comme découvrir l’eldorado.

Malheureusement pour nous, il y avait du “monde” dans l’eau à notre arrivée : d’innombrables méduses, pas le meilleur comité d’accueil qui soit !! Mais du coup, on a été très tranquilles pour pique-niquer, les autres curieux rebroussant chemin ! Et ça, on aime particulièrement…
Et parce qu’on voulait vraiment se baigner, on est retourné ensuite à la Cala Sa Nau ! Juste parfait.

Ajoutez donc la Cala Pi, au sud, et sa voisine plus sauvage, la Cala Beltàn, ou la Platja de S’Amarador et la Cala Mondrago, dans le Parc Naturel de Mondrago, parc qui protège le littoral de toute construction ! 

Ce sont des endroits qu’on avait placé sur notre liste d’envie, mais que nous n’aurons pas eu le temps de visiter nous-même, car nous avons eu un jour de pluie, et il a fallu aussi prendre du temps pour effectuer notre test PCR (voir section voyage en temps de Covid ), du coup notre semaine n’a pas suffit. Mais est-ce que vraiment une semaine peut suffire, où que ce soit ?

4.  L’arrière pays

4.  L’arrière pays

Si je vous ai dit juste avant qu’une semaine, c’est bien trop court pour découvrir Majorque, c’est parce qu’on a malheureusement fait que survoler l’intérieur des terres. Mais bon, on était parti pour profiter des criques, ne pas se speeder, faire plaisir à Mini-M qui voulait aller se baigner encore, et encore.

Ce qu’on a vu du peu d’arrière pays que nous avons exploré, souvent au hasard, nous a beaucoup plu. Particulièrement ces maisons, les “fincas”, de grands domaines agricoles, toujours entretenus, parfois reconvertis en location. La campagne en est couverte, ainsi que d’anciens moulins, de petits abris… Le tout est très homogène, tout en pierres sèches, dans un ton doré qui nous a plus d’une fois surpris. C’est chaleureux, authentique et vraiment ça vaut le détour.

Mentions spéciales au cœur de ville de Santanyi, à l’église de Felanitx, au Sanctuaire de San Salvador qui domine la plaine.
Mais on a aussi tout simplement aimé rouler sur les routes aux courbes douces, entourées de champs de blé, regarder les rapaces s’envoler et tournoyer jusqu’au Puig de San Salvador, à (seulement) 500m d’altitude…

5.  Un littoral déchiqueté, entre falaises et arches

5.  Un littoral déchiqueté, entre falaises et arches

À part peut-être le Nord, toute l’île est une immense langue rocheuse, et la côte est donc constituée de falaises impressionnantes, déchiquetées par l’eau, le sel et le vent. Chaque kilomètre recèle des grottes, blocs rocheux et failles surprenantes ! 

C’est donc un bonheur de suivre les sentiers littoraux. Bon, le mot “sentier” est un peu surestimé ici, car ça n’est pas aussi bien aménagé qu’en France, je dirais même que c’est souvent compliqué, le littoral étant bordé de domaines agricoles privés. 

Il faut parfois juste suivre le bord de mer, marcher sur les falaises en évitant de s’approcher trop du bord, emprunter des traces faites par d’autres avant soi, ou longer des murets qui traversent les champs, avant de déboucher sur la mer. Et quelquefois même avoir la mauvaise surprise d’arriver devant un portail fermé ou un grillage, à 100m du but.
On vous conseille vivement d’avoir Google Maps ou l’application Maps.me, même si, malgré ça, on s’est loupé plusieurs fois.  De la patience et de l’eau, tu emporteras !
Il existe quand même des parties faciles, comme le sentier reliant Cala Figuera à Cala Santanyi, l’accès au phare d’en Beu, l’arche Es Pontas

On conclut donc que la côte Est n’est vraiment pas la partie idéale pour la randonnée, c’est plutôt le paradis de la débrouille (mais on aime ça aussi, on avoue) !! Si vous cherchez de vraies randonnées, direction le Cap des Salines, ou carrément le Nord Ouest de Majorque. 

Budget pour Majorque

Budget pour Majorque

Avant toute chose, il faut savoir que :

  • 1 : nous avons voyagé juste au moment de ce que j’espère être le début de la sortie de crise du Covid-19. Pas beaucoup de choix pour le transport, par contre beaucoup de choix de location de voiture, d’hébergement. Je ne sais pas si les prix sont identiques lors d’une année “normale” 
  • 2 : nous nous sommes décidés le Mardi soir, pour un départ le Samedi matin. Du archi dernière minute, nous n’avons donc pas vraiment eu le temps de chercher beaucoup d’astuces, de comparer les prix, etc..

On vous livre donc notre budget pour ce voyage à Majorque :
1403€ pour 1 semaine pour 3, soit 469€ par personne (sans tests PCR)

On vous livre donc notre budget pour ce voyage à Majorque :
1403€ pour 1 semaine pour 3, soit 469€ par personne (sans tests PCR)

 Avion : Vol Marseille – Palma avec Vueling : 545€
Pour 3 personnes avec chacune un bagage enregistré et la possibilité d’annuler ou modifier la réservation à tout moment (en cas de test positif par exemple, ou toute autre raison). Nous avons emmené une valise avec nos vêtements, une valise avec des affaires de snorkeling, et le siège auto de Mini-M en troisième bagage.

Il est également possible de se rendre en ferry à Majorque depuis Marseille ou Toulon, ça peut être bien pratique et réduire les frais de location de voiture !

 Location de voiture (via Autoeurope) avec Avis : 252€
Nous n’avons pas pris le rachat de franchise, ni le réhausseur (nous avons emmené le siège auto en bagage)
Essence : 86€
C’est décidément la meilleure façon de se déplacer. 
Lors de notre séjour, les parkings des plage étaient gratuits, certains sont probablement payants en haute saison.

 Logement à Cala Figuera : 525€
Logement pour 1 semaine avec 2 chambres, à 150m du port de Cala Figuera, un jardin, le barbecue, wifi… Notre « petite maison rose », comme l’appelait Mini-M, bien que meublée de façon assez rustique, a vraiment été un parfait havre de tranquillité, bien placé, pour notre séjour.
Petit détail : la plupart des logements de Cala Figuera n’ont pas l’eau potable au robinet. L’eau à boire est donc à acheter.
Si vous restez plus de 5 jours , on vous conseille de peut-être choisir 2 points de chute, pour découvrir plus l’île, idéalement le Nord Ouest et le Sud Est  !

Tests Covid : 225€
75€ par personne effectués à l’hôpital de Porto Cristo. On attend désormais de voir si on obtient le remboursement de la part de la CPAM (cf section “Voyage en tant de Covid”)

Voyager à Majorque en temps de Covid-19

Voyager à Majorque en temps de Covid-19

Informations mises à jour en Juin 2021
> toutes ces infos sont susceptibles de changer, il faut vérifier l’information la plus à jour avant de partir :
https://es.ambafrance.org/Covid-19-a-savoir-pour-tout-deplacement-entre-la-France-et-l-Espagne#s-Baleares

Avant le départ :
– Certificat de vaccination (14 jours après la deuxième injection)
–  ou test obligatoire (PCR ou antigénique à réaliser dans les 48h avant le départ.)
– certificat de guérison de moins de 180 jours.

Les documents sont demandés au moment de l’enregistrement des bagages, ou à l’embarquement si vous n’avez pas de bagages. Les compagnies aériennes sont très attentives car ce sont elles qui sont responsables si elles embarquent un passager qui n’est pas en règle.

Il est obligatoire de remplir un formulaire afin de renseigner le gouvernement espagnol sur votre venue. Ce formulaire vous donnera accès à un QR Code à télécharger et à présenter lors du contrôle à l’aéroport en Espagne. Le mieux est de le compléter après avoir reçu vos résultats de tests, puisqu’on vous demande cette information.
Nous avons dû présenter ce QR Code + les résultats des tests PCR à l’arrivée à l’aéroport.

Port du masque chirurgical obligatoire dans l’aéroport et dans l’avion (pas de masques en tissu)

Sur place:
Porter un masque partout pour toutes les personnes de +6 ans ; sauf sur les plages et dans les espaces naturels si la distanciation sociale est possible (1m50).
Couvre feu à minuit.

Pour revenir en France :
– Certificat de vaccination (14 jours après la deuxième injection)
–  ou test obligatoire (PCR ou antigénique à réaliser dans les 72h avant le départ.)

 Nous avons fait notre test à l’hôpital du Llevant de Porto Cristo (sans rendez-vous).  Le centre Psicomedic (laboratoire) de Campos en fait aussi, mais pas tous les jours, se renseigner en avance. Sinon les hôpitaux de Palma proposent aussi ces tests. 

Cette fois, le test est à régler. Nous avions nos cartes européennes d’Assurance Maladie, mais nous avons dû payer quand même (il faut imaginer la cohue dans les hôpitaux qui pratiquent le test pour les touristes, ils n’ont pas le temps de traiter la paperasse !!)

Autres infos pratiques

Autres infos pratiques

Quand partir à Majorque 
Majorque se visite de préférence entre mai-juin et septembre-octobre, comme la plupart des régions méditerranéennes. Pour profiter d’une météo idéale, sans la grande foule de l’été.
En basse saison, beaucoup de restaurants, activités seront fermés…

Rouler à  Majorque 
Rouler à Majorque est un bonheur, les routes sont en parfait état et la signalisation est vraiment bien faite.
La voiture est donc vraiment la meilleure solution de déplacement.

Découvrir  Majorque  avec un enfant 
Plages de sable surveillées, bon accueil dans les restaurants et commerces, distances courtes entre les activités… Majorque est idéale pour un voyage en famille.
Je ne vous parlerai pas des activités spéciales enfants (zoo, parcs d’attraction…), puisque nous n’aimons pas vraiment ce genre d’endroits, mais il existe en tout cas dans toutes les villes et villages touristiques des aires de jeux pour enfant.

Alors, prêts à boucler vos bagages et à rejoindre Majorque ?

12 Comments

  1. Clémentine dit :

    Ouiiii prête de chez prête ! Ton article me donne encore plus hâte d’y être. Nous arrivons sur place le weekend du 14 juillet et tous vos conseils vont être très précieux 🙂

  2. Stéphanie dit :

    Bravo pour cet article qui ne fait que confirmer notre hâte de découvrir cette île en septembre prochain. !! Les photos sont magnifiques et tes croquis youhouuu j’adore !!

    • Les 3 M dit :

      Oh vous avez bine raison d’avoir hâte ! merci d’être passée sur le blog et merci pour ce commentaire qui fait chaud au coeur !

  3. Super article et tes photos donnent clairement envie d’aller sur ce petit paradis !
    J y suis allée il y plus de 10 ans mais j’y retournerai bien

    • Les 3 M dit :

      Merci beaucoup 😘. Vous devriez y retourner, c’est tellement parfait en famille. Bises à vous 4

  4. les 2 ch'ti dit :

    Merci pour ce beau reportage illustré. Grâce à vous, nous n’arrêtons pas de voyager et de nous évader.

    Nous attendons avec impatience le prochain.

  5. Inesonline dit :

    Merci pour ce superbe article et tes photos toutes aussi belles les unes que les autres! ça fait partie des destinations qui nous tentent bien…on avait justement envisager d’y aller en ferry au départ de Toulon…à voir mais les tarifs de la traversée n’étaient quand même pas donné!

  6. Virginie dit :

    J’ai enfin pris le temps de lire votre escapade!
    Ça donne vraiment envie! Les photos sont sublimes, ton article et tes explications sont parfaitement précises… y a plus qu’à faire les valises!
    Je te dis encore que je suis fan de tes croquis merveilleux?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *