Rwanda

Rencontre avec les derniers gorilles des montagnes, 3 jours au Rwanda

11/11/2018

Des collines verdoyantes de la campagne rwandaise, aux flancs abruptes des Monts Virunga peuplés des derniers gorilles des montagnes, nos 3 jours en Rwanda auront été sources d’une émotion intense. Cette incursion dans l’histoire et la nature sauvage de ce petit pays en plein renouveau nous a complètement chamboulé.


 

Notre aventure au Rwanda est d’abord parti d’un rêve de jeunesse ! Je (Madame-M) me suis toujours intéressée aux volcans en éruption, et c’est ainsi qu’en 2002, j’apprends l’existence du volcan Niyragongo, dans les Virungas, qui menace les habitants mais aussi les gorilles de montagne. Suivant l’éruption au jour le jour, je me dis qu’un jour viendra où j’irai de moi-même voir les Virungas ! Mais bien sûr, on se dit ce genre de chose chaque jour quand on est jeune.

Et pourtant, lors de nos recherches pour notre voyage de noces, avec le projet de notre safari au Kenya, nous nous rendons compte avec Monsieur-M qu’il existe des formules au départ de Nairobi pour 3 jours au Rwanda. C’est très cher, mais c’est l’avantage des listes de mariage !! On peut se permettre des choses extraordinaires !!

Et c’est comme cela qu’un Lundi 5 Octobre, nous débarquons sur la piste de Kigali, la capitale du Rwanda, après avoir montré notre visa et notre petit livret du vaccin spécial fièvre jaune Nous découvrons la capitale, frénétique mais aérée, en plein boom économique.

Dans une petite rue bordée de poussière, nous rencontrons Aimable, notre guide qui nous accompagnera pendant ces 3 jours au Rwanda. Il parle parfaitement français, comme de nombreux Rwandais, héritage de la colonisation belge.

 


 //  Rwanda, le pays des mille collines //


Nous partons aussitôt en direction du Nord Ouest, vers Musanze (anciennement Ruhengeri), où nous ferons étape pour la nuit. Nous traversons des paysages apprivoisés par l’homme, un décor auquel nous ne nous attendions pas. C’est d’une beauté saisissante : des collines à perte de vue, sans discontinuer, couvertes de plantations, café, thé, pyrethrum (insecticide d’origine végétale), bananes, haricots rouges, sorgho, pommes de terre. Un patchwork sublime de formes et de couleurs.

 

.

 

 

Le pays est très vert et très propre. Nous en sommes très surpris, habitués à voir tant de déchets plastiques traîner le long des bords de routes et des rivières. Mais ici, le gouvernement a pris les choses en main. Depuis plusieurs années, l’utilisation et la vente de sacs en plastique sont formellement interdites au Rwanda, et les contrevenants risquent la prison. Même à l’arrivée à l’aéroport, il est formellement interdit de pénétrer avec des sacs plastiques… En tout cas la méthode fonctionne. Dommage qu’elle ne soit pas appliquée ailleurs !

Tout au long de la route, nous faisons de très nombreux arrêts pour découvrir des scènes de vie locale et agricole très fortes.

 

Peu à peu, les collines laissent place au loin à des montagnes plus vertigineuses. Les volcans, qui se dressent somptueusement au dessus de tout. La chaîne des Virunga est composée de huit volcans, mais nous n’en apercevons seulement 5 depuis le Rwanda, dont le plus haut, le Karisimbi, culminant à 4507m.

À leurs pieds, nous découvrons les somptueux paysages des lacs jumeaux, Ruhondo et Burera, sous un ciel menaçant. Un bel arc en ciel pointe le bout de son nez avant que l’orage ne craque. La pluie cesse aussi vite qu’elle était arrivée, laissant place aux lumières incroyables de la fin du jour…

 

 

 

 


// Rencontre avec les Gorilles //


 

C’est LE grand jour. Le jour de pénétrer le Parc National des Volcans. De monter dans les pas de Dian Fossey, et de rencontrer des animaux majestueux mais en grand danger.

LE jour pour emprunter les chemins des Monts Virunga, emblématique région de tant de conflits et de turbulences, posée sur la frontière entre le Rwanda, l’Ouganda et la République démocratique du Congo.

 

Bref, c’est le grand jour !!

Il est 6h et le soleil est au rendez-vous. Les volcans sont dégagés, annonçant de bonnes conditions pour la rencontre avec les gorilles. On nous attribue la famille Sabyinyo, composée de 15 membres. La famille est dirigée par le « Dos Argenté » nommé Guhonda, le plus vieux et le plus gros gorille du monde : 43 ans et 230 kg ! Nous aurons aussi peut-être la chance d’apercevoir le dernier-né de la famille « Ganza », qui n’a même pas 1 an.

Nous faisons quelques kilomètres en voiture pour nous nous rendre au parking d’accès au sentier menant à la famille Sabyinyo. Les gorilles se déplaçant peu, leur terrain de « jeu » reste donc sensiblement le même au fil du temps. Nous partons pour 1h30 de marche à travers une imposante végétation de bambous.

Muret de pierre délimitant la zone protégée des Monts Virunga. C’est l’heure d’y pénétrer !

 

Nous sommes à l’écoute de notre guide qui nous parle des gorilles, de leur mode de vie, de leurs cris. Il nous explique quelques-uns des grognements que nous pourrons entendre. Chaque son a sa signification : « bonjour », « tout va bien », « je ne suis pas une menace », « laisse moi tranquille ». Notre guide nous en fait la démonstration, nous apprenant à les reproduire, surtout le dernier qui pourrait nous servir si un gorille décide de nous emmener dans sa famille…

Tout cela pourrait paraître effrayant si nous ne savions pas que notre guide, François, est le guide le plus expérimenté du parc, qu’il a travaillé avec Dian Fossey dans sa jeunesse et surtout qu’il connaît très bien le mâle dominant « Guhonda » qu’il côtoie depuis le plus jeune âge de celui-ci. Il pourra « dialoguer » avec lui et le rassurer.

.

 

Nous arrivons à proximité des gorilles. Notre guide est en contact permanent avec les pisteurs qui passent la nuit à proximité du groupe, à la fois pour savoir où ils sont et nous y  mener, mais aussi et surtout pour les protéger du braconnage. A 100 mètres de la famille, nous devons laisser derrière nous nos sacs à dos (qui pourrait être « attrapés » par les gorilles), emmenant uniquement nos appareils photos !

Nos cœurs battent à tout rompre. La rencontre est imminente. Nous approchons jusqu’à voir les premiers membres, des gorilles juvéniles, qui jouent dans les bambous. Peu farouches, ils s’approchent de nous, faisant des galipettes dans les branches. Leur déplacement attire une femelle qui vient les surveiller. Quelques minutes plus tard, un mâle à dos argenté s’approche. Il s’agit du fameux dominant « Guhonda », qui vient voir ce qui se passe. Les petits nous abandonnent et le mâle prend leur place, nous présentant son dos massif. Il finit par se retourner et commence à chercher des bambous à manger. Sans succès, le menu à cet endroit ne semble pas lui plaire.

 

 

Branle bas de combat, il décide de se déplacer, se dirigeant tout droit vers nous ! Notre guide François nous donne l’ordre de nous asseoir doucement au sol et de ne pas le regarder dans les yeux…Il est déjà sur nous et nous avons à peine le temps de nous écarter pour le laisser passer au milieu de notre groupe !  Le moment est intense. Nous nous montrons soumis, face à cet animal de 230 kg, imposant. Il passe sans s’intéresser à nous, et s’arrête quelques mètres plus loin.

 

 

C’est alors un déménagement général, le reste de la famille arrive et suit son chef, passant en plein milieu de notre groupe d’humains. C’est le tour des autres adultes que nous pouvons observer sans danger, puis celui des petits, plus dissipés, qui courent…. Et enfin, un deuxième dos argenté s’approche, imposant lui aussi par sa stature, qui frôle Monsieur-M de sa croupe qui se balance. On baisse à nouveau les yeux, les poils dressés sur tout notre corps.

C’est le seul cas au Rwanda de famille gorille ayant en son sein deux mâles dos argentés. Mais seul le vieux mâle « Guhonda » domine. Son grand fils attend son tour, ou finira peut-être par être exilé s’il représente un danger.

En attendant, toute la famille s’installe face à nous pour se nourrir, se relaxer, jouer. Leur attitude et leurs mimiques sont craquantes, si proches de nos comportements humains. Le gorille est, après le bonobo et le chimpanzé,  l’animal le plus proche de l’humain, du point de vue génétique..

 

Nous passons de longues minutes à admirer les juvéniles jouer avec une femelle juste en face de nous. Notre guide et le pisteur « discutent » avec le groupe, avec force grognements, sifflements, et autres ahanements ….

Nous apercevons également « Ganza », le petit dernier, de 7 mois, bien protégé par sa maman. Alors qu’il commence quelques facéties en nous voyant, sa maman le ramène vite sous le couvert végétal.

Le mâle dominant se déplace à nouveau, et nous contournons le groupe pour nous retrouver à nouveau face à lui. Il est impressionnant. Sa stature de mâle dominant est incontestable. Il est accompagné de 2 de ses fils juvéniles, dont « Big Ben », reconnaissable à son crâne chauve, malformation de naissance. Ils font un bon repas de bambous ensemble. A voir la façon dont les bambous sont déchirés et avalés en quelques secondes, nous n’avons aucun doute sur la force de ces animaux.

 

 

Le temps nous semble ralentit, mais en réalité cela fait maintenant 1h que nous sommes sur place. Notre guide nous demande déjà de faire nos adieux, un dernier regard, une dernière photo, et de le suivre pour quitter la famille, qui va pouvoir passer le reste de la journée tranquille. En effet, les règles sont strictes : 1h maximum par famille et par jour. Nous laissons donc les Sabinyo vaquer à leurs occupations de gorilles et nous reprenons le chemin du retour…

 

Que dire de cette expérience ?

C’est juste fascinant et très émouvant de regarder ces gorilles, eux-mêmes nous scrutant, avec une certaine familiarité dans les yeux. Une rencontre de la force tranquille, pour des animaux pourtant en grand danger. Nous sommes très heureux d’avoir pu rencontrer 15 des quelques 900 gorilles de la planète. Et d’avoir ainsi œuvré à leur protection. Cette rencontre restera gravée à jamais dans nos esprits et nos cœurs.

 

 

C’est la tête remplie d’images que nous redescendons  sur terre  au pied du volcan, sans avoir vraiment à l’esprit de profiter des paysages magnifiques qui nous entourent.

Même après avoir quitté le parc et notre guide, nous avons encore du mal à profiter pleinement de la visite d’un village culturel, où une présentation des traditions rwandaises nous est offerte. Danses, cérémonie royale, tradition médicinale, métiers d’antan. Tout est beau, rythmé, coloré, mais semble pourtant factice après cette rencontre tellement puissante avec les gorilles. La parenthèse magique n’est pas prête de s’estomper.

 

 


// Mémorial du Génocide Rwandais, au cœur de l’histoire //


 

Le dernier moment d’une rare âpreté a lieu en ce dernier  matin, alors que nous sommes de retour à Kigali  avant notre départ pour le Kenya.

Cette fois c’est une tristesse infinie qui nous envahit. Nous visitons le Mémorial du Génocide Rwandais, qui relate les causes, les actes et les suites du génocide qui s’est produit en 1994 et qui a fait près d’1 million de victimes en seulement 4 mois !! C’est impossible à expliquer ici par des mots… tant de violence et de barbarie. La visite nous serre le cœur surtout qu’on y retrouve bien mis en avant le rôle très ambigu du gouvernement français de l’époque. En sortant, nous nous asseyons sur un banc et nous mettons tous les deux à pleurer, main dans la main, sans être capables de nous arrêter.

Cette visite nous rappelle qu’il faut toujours rester éveillé face aux menaces et aux propagandes fascistes ou extrémistes qui gangrènent nos sociétés et qui mènent au chaos… cela fait terriblement écho à ce que nous vivons actuellement en Europe. et nous montre que malgré tout,  les leçons ne sont jamais tirées définitivement du passé.

Touchés au cœur, nous n’avons pas pu, pas eu la tête à prendre des photos. Photo @Kigali Genocide Memorial

 

Et nous avons l’estomac noué quand Aimable, notre guide, nous révèle ce que sa famille a subi au cours de ces événements…. C’est sur cette note difficile que nous devons quitter notre super guide, qui nous aura accompagnés pour cette courte étape avec gentillesse, chaleur et professionnalisme.

Nous prenons notre envol pour le Kenya, abasourdis par ce pays, à découvrir à tout prix, qui se révèle être une petite pépite, qui aurait mérité qu’on y reste bien plus longtemps!

 


// INFOS PRATIQUES //


Il faut comprendre que dès qu’on sort de l’ordinaire, on sort également souvent d’un budget ordinaire. C’est évident que ce séjour en Rwanda est un luxe… Une fois n’est pas coutume, à l’occasion de ce voyage particulier, nous avons fait appel à un tour opérateur pour organiser ce séjour sur mesure.  En effet, nous avons décidé de notre destination à peine un mois à l’avance, trop court pour tout faire par nous-même : vaccins, visas, réservations….

Nous avons juste réservé par nous-même nos billets d’avion de départ (Nice – Kigali), notre première nuit et le vol Kigali – Nairobi, pour la suite de notre voyage au Kenya.

Pour le contenu de nos 3 jours au Rwanda, nous avons fait confiance à la Maison de l’Afrique, qui s’est occupé de nos visas, de nos permis gorilles et de nos déplacements et hébergement, via le réceptif local Magic Safaris. Franchement, c’était parfait !

 

BUDGET RWANDA en 2013:
2217€ par personne pour 4 nuits et 3 jours au Rwanda

*edit : depuis 2017, le Bureau du Tourisme Rwandais a décidé de doubler le prix du permis pour la rencontre avec les gorilles. Le prix est désormais de 1500$ (au lieu de 750$ en 2013)! Malgré la gronde des tours opérateurs, hôteliers, touristes, ce prix est toujours d’actualité. Depuis, le tourisme au Rwanda a commencé à baisser. Alors que la majorité des visiteurs se tourne désormais vers l’Ouganda, où le permis est à 600$, le Rwanda fait le pari d’un tourisme de luxe… Nous espérons que cela ne mettra pas en péril l’activité du parc, et donc la protection et la survie des gorilles !!

 

ORGANISATION D’UNE RENCONTRE AVEC LES GORILLES

Le déroulé d’un trek avec les gorilles (au Rwanda ou en Ouganda) est très encadré :

  • Passage  par l’entrée du parc pour présenter le «permis gorille» (il faut avoir plus de 15 ans pour l’obtenir).
  • Mise en place des groupes selon le niveau sportif de chacun. Les familles de gorilles éloignées et nécessitant un grand treck sont ainsi réservées au bon marcheur. Des malades dans le groupe? Si oui, il faut renoncer: le gorille est bien trop fragile pour être exposé aux maladies humaines. Un simple rhume pourrait tuer un gorille.
  • Chaque guide récupère son groupe de 8 chanceux maximum.
  • Nous rejoignons le départ du trek (pour nous 1h30 de randonnée, niveau peu sportif, parce qu’en fait nous repartons sur Kigali dans la foulée, et que nous avons finalement peu de temps).
  • On nous propose l’assistance de porteurs. Franchement, il faut avouer que nous n’en avons pas besoin. Mais nous prenons quand même une porteuse, parce que cet écotourisme doit participer au développement de la communauté qui vit sur ce territoire. C’est la meilleure façon d’éviter le braconnage et la pression sur les terres du Parc des Volcans. D’ailleurs, au moins 20% du prix du permis sont reversés à la population locale.
  • Après la randonnée d’approche, c’est le moment de profiter. 1h maximum, c’est très précis. Seul le guide a la main sur sa montre… Car le temps suspend son cours pour les chanceux que nous sommes….
  • Le tout finira, les yeux encore humides, l’esprit accroché aux montagnes, par la remise d’un certificat, que nous conservons comme une relique…

Ce voyage fut extrêmement fort en émotions qui toutes, encore aujourd’hui, se bousculent dans nos têtes:
le bonheur de la rencontre avec les gorilles, la colère face au braconnage, l’espoir d’un pays en développement, la tristesse devant le mémorial du Génocide rwandais.

Ce fut  tellement puissant, surtout condensé sur 3 jours!

 

24 Commentaires

  • Répondre De beaux Lents Demains 12/11/2018 à 5:38

    Très bel article, vraiment où l’on suit avec vous la rencontre haletante avec les gorilles du Rwanda. La nature est tellement bien faite et nous ne pouvons que regretter tout le mal que nous lui faisons par une déforestation massive . Merci pour ce beau message d’amour adressé au Rwanda et aux gorilles. De belles photos et de très belles aquarelles comme à ton habitude.

    • Répondre Les 3 M 16/11/2018 à 12:24

      Merci beaucoup 😘. Oui ces animaux sont toujours en danger, même si actuellement la situation est bonne grâce à une politique forte du Rwanda. En espérant que le pays reste politiquement stable, alors cela pourra durer 👍

  • Répondre french_nomadista 16/11/2018 à 7:49

    Quelle magnifique aventure! J’aimerais tellement rencontrer des gorilles dans leur milieu naturel, un jour sûrement 🙂 En attendant je me suis évadée grâce à votre récit alors merci!

    • Répondre Les 3 M 16/11/2018 à 12:25

      Merci pour votre message, ça fait plaisir. Ce genre de voyage est assez unique, comme souvent les rêves) mais j’espère que vous pourrez le réaliser

  • Répondre Alexandra - On holidays again 20/11/2018 à 4:58

    Ce séjour avait l’air tellement merveilleux et intense ! Je ne sais pas si c’est parce que ton article me rappelle le film « Gorilles dans la brume » (qui m’avait beaucoup fait pleuré) ou si c’est grâce à tes croquis (qui sont vraiment magnifiques), mais ton article ne me laisse clairement pas indifférente. Merci pour ce partage original, ça m’a permis de lire une immersion « réelle » versus le film que j’avais vu dans ma jeunesse.

    • Répondre Les 3 M 21/11/2018 à 8:12

      Nous sommes de grands fans également du film « Gorille dans la brume », on ne compte plus nos larmes. On l’a regardé avant et après notre voyage, c’était encore plus dur à la suite de cette rencontre avec les gorilles. Nous n’avons pas fait le trek jusqu’à la tombe de Dian Fossey, mais c’était possible. C’est un voyage intense, certes pas possible pour tous, et c’est pour ça que nous sommes d’autant plus contents de le partager avec vous ! Et je vois que ça ne te laisse pas indifférente ! Merci

  • Répondre Itinera Magica 20/11/2018 à 9:52

    Cet article m’a passionnée. Le pays des mille collines, à la fois si beau et si poignant par son histoire tellement douloureuse, m’attire beaucoup et j’espère le voir un jour. La rencontre avec les gorilles est très forte. C omme toujours, j’aime énormément ton blog, tes dessins, tes textes, tout cet univers poétique et personnel que tu construis, tu es infiniment talentueuse.

    • Répondre Les 3 M 21/11/2018 à 8:15

      Merci à toi ! J’espère vraiment que tu pourras vivre cette expérience aussi, si forte et unique. Comme je le dis dans l’article, c’est désormais plus accessible en Ouganda… 2 pays qui offrent des paysages, une faune et une histoire exceptionnels !

  • Répondre aurelie@travelingaddress 21/11/2018 à 9:08

    j’aime beaucoup vos aquarelles! Nous aussi pour notre voyage de noces nous avions prévu d’aller au Kenya, mais la vie en a décidé autrement. Je remet donc ce beau voyage à plus tard en y ajoutant peut être le Rwanda du coup 🙂

    • Répondre Les 3 M 21/11/2018 à 9:42

      Merci Aurélie. J’espère que tu aura la chance toi aussi de découvrir toute cette faune sauvage de l’Afrique Centrale ! Peut-être avant qu’ils ne disparaissent, car les prévisions ne sont pas rassurantes, malheureusement…

  • Répondre Julia Laffaille 21/11/2018 à 10:03

    J’ai eu les larmes aux yeux en lisant cet article sur la rencontre avec les gorilles… Vous avez vécu là une expérience hors du commun qui vaut mille autres voyages ! C’est si touchant de voir qu’il est encore possible de rencontrer de telles créatures fantastiques encore dans leur habitation naturelle!
    Merci pour ce beau récit 🙂

    • Répondre Les 3 M 21/11/2018 à 11:04

      Oui, tu as tout à fait raison. Ce voyage de 3 jours reste tout autant gravé que nos voyages plus longs. Par ce que c’est une expérience unique ! Et merci d’être venue sur le blog !

  • Répondre Lauriane 21/11/2018 à 2:31

    Quelle expérience ! J’en ai eu des frisson et presque des larmes à imaginer ce que vous avez dû ressentir. Une telle rencontre fait évidemment partie de mes rêves depuis toujours, j’espère que j’aurais la chance de le réaliser un jour ! J’ai d’ailleurs toujours pensé qu’en cadeau de mariage je demanderai ça ou un séjour aux Galapagos ahaha
    Comme d’habitude tes aquarelles sont superbes!

    • Répondre Les 3 M 21/11/2018 à 3:18

      Oui, c’est le genre de voyage qu’on peut difficilement s’offrir en temps normal ! J’espère que tu auras l’occasion de faire ce voyage, mais aussi celui aux Galapagos. Ça ne veut pas forcément dire qu’il faut te marier 2 fois, hein 😉 ! En tout cas merci de partager avec nous cet amour pour la faune sauvage !

  • Répondre Christian 22/11/2018 à 4:41

    Comme toujours tu nous as offert un beau voyage plein d’émotions : belle prose, belles photos et superbes dessins

    • Répondre Les 3 M 22/11/2018 à 6:05

      Merci beaucoup, ce voyage fut inoubliable et vous y avez contribué 😘

  • Répondre kikimagtravel 27/11/2018 à 5:31

    Je crois que je vais me marier plus vite que prévu pour envisager déjà mon voyage de noces mdr !!! Soyons plus sérieuse. Je trouve ce Rwanda juste magnifique !!! Je lis aussi à travers cet article que l’utilisation et la vente de sacs en plastique sont formellement interdites et je trouve ça tellement normal !!! Je sais pas ce qu’on attend ici en France pour s’y mettre enfin!! Cette sur-consommation en devient illogique et destructive pour nous tous enfin bref, je ne vais pas me lancer dans le débat du siècle je suis plutôt là pour parler de ce superbe article ! C’est incroyable d’avoir vu et rencontré tant de belles choses mais aussi très triste et bouleversant à la fois. Ce génocide est juste terrible, et imaginer une telle barbarie, ça retourne l’estomac. Pour ce qui est des gorilles, ça doit être une expérience inoubliable! Tout ça en les respectant et dans un milieu naturel, c’est fantastique! Merci pour ce merveilleux moment! Vous avez su m’emporter au Rwanda, un pays dont je n’avais aucunes connaissances!

    • Répondre Les 3 M 03/12/2018 à 3:53

      ah oui, le mariage, c’est une bonne solution pour faire un voyage de rêve !! En tout cas, ce qui est sûr, c’est que malgré ce qu’on pense souvent en tant qu’occidentaux vis à vis de l’ Afrique, nous avons du retard sur l’écologie par rapport au Rwanda ! C’est un voyage qui remet bien les idées et les à priori en place, aussi court qu’il soit !!

  • Répondre Clémentine 28/11/2018 à 10:06

    Quel récit poignant et émouvant. Cette rencontre devait être incroyable. Je pense savoir ce que vous avez ressenti en partageant ce moment avec des animaux si proches de nous, j’avais moi-même été bouleversé par la rencontre avec les orang-outans à Sumatra. Ce n’était pas si long, mais croiser leur regard, les voir s’approcher à seulement quelques mètres… Le grand frisson!
    A la vue du prix, je ne suis pas prête d’y aller, mais c’est définitivement une superbe destination que vous m’avez donné envie de découvrir. Les paysages, comme ces grands singes qu’il faut protéger méritent qu’on y fasse le déplacement.

    • Répondre Les 3 M 03/12/2018 à 3:51

      Merci. On rêve nous aussi d pouvoir un jour croiser des orangs outangs. Tous ces grands singes sont tellement sensible à nos comportements. J’espère que l’humanité sera assez forte pour les protéger.Alors c’est sûr que la rencontre avec les gorilles au Rwanda n’est pas donnée, mais espérons que cela permettra leur protection…

  • Répondre Nico - Travelando 04/12/2018 à 10:46

    Je découvre votre blog avec plaisir, moi qui suis passionné de voyage et très attaché aux animaux et à leur protection. Bravo pour vos photos et vos dessins magnifiques. J’ai éprouvé de sincères émotions en lisant votre rencontre avec ces gorilles…ce doit être extraordinaire de pouvoir les approcher de si près. Incroyable ! Une question tout de même : j’ai bien conscience qu’en payant le permis gorille vous financez leur protection, néanmoins le contact avec les humains n’est il pas néfaste pour eux (en dehors des maladies qu’on peut leur apporter) ?

    • Répondre Les 3 M 05/12/2018 à 9:59

      Merci pour votre message. Je vois que nous partageons la même passion des animaux. Le contact est-il néfaste ? Effectivement, la question peut se poser. On se la pose encore. Pour moi, dans un monde parfait, tous les animaux devraient se côtoyer naturellement, avec les proies et les prédateurs. Malheureusement, en tant que super prédateur, il est devenu impensable de laisser faire. Mais je ne crois pas foncièrement à que ce soit néfaste qu’on les regarde et qu’ils nous regardent. Surtout que c’est très encadré ! Chaque famille n’a qu’un contact de 1 heure maximum par jour, pour que notre présence ne les empêche pas de faire leur tâche quotidienne…

  • Répondre Lykorne Illettrée 04/12/2018 à 12:54

    Il y a des moments qui restent forcément gravés…. Et cet article est tellement rempli d’émotion qu’il donne envie de vivre ça… Une rencontre bouleversante et respectueuse des gorilles que tu racontes à merveille, avec des aquarelles d’une force et d’une poésie de folie…. Ce voyage de noces avait l’air d’être dingue, court mais tellement intense !
    Et oui, je suis d’accord avec toi, on ne tire malheureusement aucune leçon du passé… C’est triste… Merci pour ce magnifique article <3

    • Répondre Les 3 M 05/12/2018 à 10:22

      Merci, on a réussi apparemment à transmettre un peu de l’émotion de notre voyage ! Sinon, n’oublions pas que tout n’est pas si sombre, si c’était le cas, il n’y aurait plus aucun gorille sur cette planète…

    Laissez un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Top